Partagez|

la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Lun 5 Déc - 22:18

Cette fois ci, j'étais à vélo. Et j'avais pas le morale. Je venais de me récupérer deux sales notes et j'avais eu la chance de me faire découvir en pleine sieste. En soit, c'etait vraiment une journée de merde. Équipé de mon vélo, j'étais sortie de chez moi pour pédaler jusqu'a la plage. J'avais rageusement jeté le vélo sur le sable avant de tomber en arrière, dans le sable. Un peu humide d'ailleurs, j'en avais déjà dans mes baskets. Je me suis assise et j'ai un instant envisagé d'aller piquer une tête dans la mer surement gelée. Pourtant, j'ai basculé en arrière pour rester allonger et regarder le ciel. Et il a fallu qu'il se met à pleuvoir. MERDE ! Criais-je en tapant du poing dans le sable mais en restant allonger, laissant les gouttes d'eau percuter mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Lun 12 Déc - 9:23

Après l'épisode de la course en centre-ville, nous n'avions plus rien prévu Aura et moi. On se contentait de se saluer quand nous entrions en classe ou que nous croisions du regard le banc de l'autre. Souvent, quand je jetais un oeil dans le fond de la classe où elle était assise, je la découvrais perdue dans ses pensées, soit de concentration en plein exercice soit de distraction car je comprenais qu'elle puisse trouver le cours en question ennuyeux à un certain degré. Rarement elle me remarquait, sauf quand je balançais une énormité voire une plainte trop appuyée aux profs, assis côté couloir à peine une rangée devant elle mais du côté opposé de la classe. Je perdais espoir d'obtenir une revanche après ma déconvenue près de la confiserie, d'autant plus que nous entrions dans la période humide et froide de l'année. Nous sortions de moins en moins, et allions bientôt hiberner pour plusieurs semaines. Pourtant je me retrouvais encore dehors par un ciel couvert à peine appréciable le long du lac séparant le Vermont de l'état de New York. Besoin de prendre l'air, même par vents et marées. Bon y avait ni l'un ni l'autre mais .. Quel rapport avec Aura ? Bah y avait la petite tête blonde plantée dans le sable. Qu'est ce qu'elle foutait là par ce temps-ci ? dingue qu'elle était, restant couchée sous cette pluie qui déployait ses premières gouttes. Je rejoignis la plage, enfonçant mes semelles d'un demi centimètre à chaque pas, pour comprendre pourquoi elle était autant perchée. M'arrêtant à côté de son vélo renversé à quelques mètres d'elle, j'eus une idée non pas de génie .. mais très haïssable. A sa place, j'aurais directement pété un plomb vu la météo. Je redressais la fourche du deux-roues que je soulevais du sol amovible, et pris la fuite à reculons pour tout lâcher si Aura sentait le sale coup que je lui faisais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Lun 12 Déc - 17:47

J'ai pas bougé, parce que de toute façon, c'était un vieux vélo et que j'avais reconnu sans problème Jimmy et sa délicatesse infinie. Surtout le fait quand tournant la tête, j'avais pu voir la marque de ses baskets. On appelle ça une bonne mémoire. J'ai ensuite soupiré. Dis moi, ça t'apporte de quoi de piquer mon vélo ? Parce que de toute façon, je ne comptais rentrer de si tôt. Dis-je en restant allongé. Je ne savais même pas ce qui m'avait pris. Surement l'impulsion du moment mais dans tout les cas, j'étais hyper bien comme ça, allongée dans le sable mouillé. J'aurai d'ailleurs une grippe carabinée demain mais ça m'importait peu. Et vu à quel point Jimmy était loin avec mon vélo, j'allais devoir rentrer à pied. Avec les forces qu'il me restaient, je me suis levée pour courir après mon voleur et de l'attraper par la capuche. Vive les sweats. T'as que ça à foutre de ta vie ? Demandais-je en refoulant toute la colère emprisonné dans mon petit corps au cours de ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mar 13 Déc - 19:47

Aura ne remua que sur un tard, mais pas assez pour me permettre de rejoindre la route. Nous devions être distants d'une vingtaine de mètres quand elle décolla du sable et se propulsa sur moi à une vitesse folle ! Même lors des cours d'EPS je ne l'avais jamais vue courir comme ça. Médusé - ce qui reste dans le thème en bord de mer -, je rentrais ma tête dans les épaules lorqu'Aura m'arracha presque la capuche. Puis elle beugla. Son ton était cinglant; il fouettait comme un courant d'air en hiver. Si les températures restaient encore clémentes, son emportement me glaça le sang plutôt chaud qui n'eut besoin que d'un battement pour que l'injection mélange une substance vive dans mes veines. Je parvenais à la paralyser de moitié. Ca m'amuse, c'est tout. J'ai rien rajouté d'autre, me retenant de verser dans l'insulte car elle m'avait touché en plein dans mon orgueil. Sur l'instant me venait une envie de balancer son vélo là n'importe où par terre pour qu'il se brise. Qu'il plie, que la chaîne saute, que la selle se dévisse, je m'en serais bien foutu. Qu'il rebondisse sur le pied ou dans le genou d'Aura presque autant. Peut-être un peu moins. Mais mes mains restaient collées aux tubes en carbone, et j'intériorisais au maximum. Ouais je fais le con, et alors? T'emballer pour si peu, j'te jure... terminais-je en évacuant ce souffle brûlant du fond de ma gorge. Si elle souhaitait pousser une gueulante, moi aussi j'en étais capable. Et si Aura maintenait son air venimeux, ça n'aurait tardé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mar 13 Déc - 20:05

Y'a pleins de manière de s'amuser. Avec un ballon, devant une console ou parfois même devant un casse tête. Des milliers de façon de s'amuser et il a décidé d'exercer ses manières de s'amuser sur mon vélo. Pourtant, ça se voyait que je n'étais pas d'humeur à croire aux lutins et à rire aux éclats pour un rien. Je l'ai considéré un instant sans rien dire. Parce que je n'avais pas envie de m'épuiser pour lui, il semblait être une cause perdue. J'ai pris le vélo, lui arrachant presque des mains, en fait, lui arrachant des mains. Je me suis murée dans mon silence avant de rejoindre la route. J'ai soupiré. C'est vrai que c'est amusant de laisser une camarade seule sur une plage sur la pluie, tu te tapes des délires toi. Dis-je avec ironie tandis que je balayais d'une main le sable sur la selle du vélo. Comme si mon passé d'aventurière nocturne venait subitement de s'effacer, on était camarade de classe. Et pour l'instant, j'avais juste envie de me défouler sur cet abruti. Si il voulait jouer au con, j'pouvais l'faire aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mer 14 Déc - 9:00

Après mon capuchon, c'est sur le vélo qu'Aura tira brusquement pour s'en emparer. Certes c'était le sien, contrairement au vêtement qui m'appartenait, mais la manière me sidérait : on se faisait une scène pour une connerie de bécane sur laquelle j'avais mis mes pattes. Mademoiselle m'a ensuite complètement ignoré, me tournant le dos pour accomplir la distance qu'il me restait à réduire si je n'avais pas été agressé par une furie. Depuis le sable où je me retrouvais idiot sans personne à des dizaines de mètres à la ronde, je suivais Aura du regard, guindée, qui essuyait la poussière incrustée sur son vélo. J'hallucinais, tant je l'imaginais pas ainsi, aussi terre à terre, anti-blagues. Ouais beh ça fait des semaines qu'on laisse ses camarades ! J'exposais la vérité, même si elle ne devait pas obligatoirement être dite. Moi qui m'étais rappliqué grand sourire sur la plage pour déconner avec Aura en oubliant cette météo pourrie, le froid humide a ressuscité et j'ai perdu ce smile. T'façon fallait que j'me fasse à cette idée avec Aura. De perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Sam 17 Déc - 20:55

Non, parce que je connais beaucoup de  personnes qui voleraient les vélos des gens. C'est vrai. C'est logique apres tout. Et qu'est ce que ça me fait rire ! Mais Jimmy étant Jimmy et moi étant moi, je ne pouvais pas rester fâché plus longtemps. Je me suis donc retournée, pour le regarder, avec un air surpris. Parce que je t'ai manqué ? Je suis touchée. Dis-je, 'e pouvant empêcher le ton 'narquois et moqueur de ma voix effacer la sincérité de mes propos. J'allais passer pour la pauvre fille qui dénigre le mec qui ne veut que sympathiser. Je m'en foutais totalement. Ma journée excusait tout. Journée que je n'avais absolument pas envie de lui raconter. J'ai fini par laisser le vélo sur le macadam et m'asseoir en tailleur par terre. Retour à la case départ. Tu refais plus jamais ça, ok ? Le mis-je en garde avec un air des plus sérieux. Et je m'excuse de mon caractère de merde. Je venals de m'excuser. J'ai soupiré avant d'enfouir mon visage dans mes mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Dim 18 Déc - 22:34

Si elle était touchée, je ne l'étais pas moins quand Aura m'a parlé de cette absence de moments pareils depuis notre "rencontre". Je ne réagissais pas en apparence, mais mon cerveau a bloqué sur le fait qu'elle m'aurait manqué. Ca ressemblait donc à ça que quelqu'un nous manque ? Se demander à chaque fois s'il n'y aura qu'un simple bonjour ou si une discussion serait entamée. Se rappeler qu'il nous arrivait de rire, d'être bien avec la personne, et que sur le moment la sensation était moindre que ce que nous avions déjà connu par le passé. Constater qu'on ne s'adonne plus aux mêmes conneries ni qu'on passe autant de temps qu'avant avec elle. Je pensais que manquer de quelqu'un coïncidait à l'absence totale de la personne en question et non à sa semi-présence. Mais si ça correspondait à ce que je repense souvent à la course avec Aura et à devenir possédé par cette envie d'aller vers elle, alors elle me manquait vraiment. C'était naze de s'avouer une faiblesse qui nous rendait minable. Ouais. J'ai stupidement laissé fugué ça de ma bouche. J'ai pas fait gaffe à la façon dont elle me posait la question, ses mots me revenaient en écho sur d'autres tonalités. Simultanément, Aura m'extirpa de mes réflexions. C'était certain que vu sa réaction au vol de son vélo, je n'étais pas prêt de recommencer à m'enfuir avec. Ca craignait ce qui s'était passé et comment on se parlait. Aura me confia qu'elle avait un caractère de merde au cas où je ne venais pas de le remarquer. J'étais à deux doigts de faire pareil pour qu'on soit quitte avec ça, mais c'était au-delà de ce que je pouvais admettre. Je me suis tu. J'ai compris, la voyant a nouveau aussi bas que terre, que ce n'était pas l'attitude à adopter. J'étais paumé sur le moment : je voulais l'aider à se relever, mais je ne voulais pas afficher mon aide. J'étais un merdeux, pourquoi je devais penser subitement aux autres ? C'est rien. Pas vraiment, mais je lâchais ça dans mon unique élan de générosité qui n'avait aucun effet sur la situation. Ra ? Je commence à avoir froid. Retour du gros égoïste que j'étais au fond de moi. Avec un peu de chance elle aurait pu se relever et nous aurions marché vers la banlieue, à deux. Et .. je bougerai pas sans toi. Ca voulait rien dire. Juste que je restais là. Y avait rien qui sous-entendait que .. Que j'avais posé le pied sur une mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Dim 18 Déc - 23:13

Je n'ai pas pu m'empêcher de laisser apparaître un léger sourire sur mes lèvres. En soit, c'était déjà une victoire que d'avoir pu entendre ce simple signe d'accord. J'ai bien vite perdu mon sourire en éternuant. J'ai même constaté mes cheveux mouillés qui collaient à mon crâne. D'origines blonds, ils devaient avoir viré au brun et me donner une image de chien battu. Je devais avoir fière allure avec mon air d'adolescente perdue qui veut défier le monde. Je me suis essuyée les yeux, constatant que mon absence de coquetterie est bénéfique. Pas de mascara qui te donne des yeux de panda. J'ai relevé la tête vers Jimmy. J'ai hoché légèrement la tête parce que j'ai su que dans un sens, il comprenait. Malgré la claque verbale qu'il s'était pris en pleine face et la trace qu'elle avait laissé, il tenait à passer l'éponge dessus. Pour que ça ne soir plus qu'un mauvais souvenir. La soirée de la course semblait l'avoir marqué, en tout cas, plus que moi. Je n'avais pas changé mes habitudes vis à vis de ce que je pouvais lui témoigner comme marque d'amitié. Si je croisais son regard, j'inclinais la tête comme si de bonjour ou je pouvais esquisser un sourire. Pas de paroles. Pas d'effort. Sur le coup, je m'en suis sentie coupable, sans trop savoir pourquoi d'ailleurs. Ça me semblait si peu... Mes sourcils se sont froncés tandis que mes vieux démons revenaient. L'ange s'est mis à montrer furieusement le vélo, Jimmy puis le chemin du retour. Le démon a continué sa danse de la pluie. J'étais sûre et certaine d'attraper la mort si je restais ici. S'en suivrait nez qui coule, fièvre. Et je venais de renifler. Je me suis donc levée, convaincue qu'écouter l'ange pouvait parfois être bénéfique. Mes deux consciences ont disparu dans un nuage de fumée tandis que je passais une main dans mes cheveux trempés. Ouais, t'as raison. Dis-je en hochant légèrement la tête, fermant les yeux quelques secondes et soupirant. Je les ai rouvert. On s'en va. Pour un endroit plus hospitalié, surement au sec. Le plus envisageable était chacun chez soit. Mais quelque chose me poussait à fair le contraire. J'ai simplement haussé les épaules, faisant fis de mes pensées. J'ai commencé à pousser le vélo, certaine que Jimmy me suivrait. Et j'ai encore reniflé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mar 20 Déc - 11:57

Elle acquiesçait. D'un coup, la facilité me brouilla de la voir se mettre en condition et de se redresser. Ou alors était-ce son sourire qui dura moins d'une seconde qui me figeait ? J'aurais pu ne pas l'attendre, la laisser en plan avec son cafard ou ses envies débiles de nager dans une eau à trois degrés. Faire comme si je ne l'avais pas vue, l'ignorer encore davantage que tous ces jours où nous nous étions contenté d'un signe et puis plus rien. Mais je ne voulais pas. J'ignorais ce que je voulais exactement à travers ma blague grossière que j'avais compté lui faire, mais ma punition était d'être paralysé, pendu à ses gestes, ses choix. Aura a démarré sans moi, alors que c'était ce que je lui avais demandé. Je comblais mon temps de retard en allongeant le pas pour marcher à ses côtés. D'elle, pas du vélo sur lequel j'aurais eu le malheur de poser mes mains et de me voir violemment sermonner. Le genre de moment - comme celui après la fameux épisode à moitié foireux de la confiserie - censé se dérouler à la cool entre nous. Le temps dégueulasse et venteux en moins. Je me retrouvais à découvert devant la mer, secoué par chaque bourrasque contrariant notre avancée. Les caprices de la nature congelaient l'humidité qui plaquaient les cheveux d'Aura contre son front et en travers de son visage. Le teint blême, elle ne ressemblait trop à rien. Moi non plus je ne devais plus avoir l'air d'un dieu avec ces gouttes qui dégoulinaient dans mes yeux, et la pointe ruisselante de mes cheveux qui inondait le creux de mes oreilles. Si je parvenais péniblement à ouvrir la bouche pour demander à Aura ce qui l'avait motivée à camper sur la plage, je me mangeais une rafale dans les dents avant d'avoir prononcé le moindre mot. J'aperçus un café-bar une trentaine de mètres plus loin, et plantais une main dans ma poche latérale pour tâter le nombre suffisant de billets en ma possession. Je tournais le dos au vent tourbillonnant, progressais à reculons à hauteur de la roue avant du vélo. Tu veux un chocolat chaud ? J'avais haussé la voix, et pointais l'enseigne du doigt, pour qu'Aura comprenne même si mes paroles s'envolaient. Je croisais mes pas pour inciter la fille trempée de la tête aux pieds à se diriger vers un endroit sec. Ca me soûlait de sentir mes genoux coller dans mes jeans à chaque foulée, et de pas voir le bout de cette plage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mar 20 Déc - 14:17

J'ai continué à avancer, regrettant soudainement de ne pas m'être couverte plus chaudement. Je me demandais ce qui m'avait donné envie d'aller sur cette plage. À croire que la rage avait tellement obscursie mes pensées que je l'avais tout simplement fait, sans me demander pourquoi. Qui plus est, je n'avais pas pris mes médicaments ce matin. Je ne savais pas ce qu'il se passerait, vu que j'avais toujours pris ces médicament studieusement. J'ai haussé les épaules pour moi même avant de voir Jimmy me rejoindre. Apparemment, j'avais aussi un don de voyance. Je me suis immobilisée quelques instants pour attacher mes cheveux, laissant reposer le vélo sur ma hanche avant de reprendre mon avancée. J'veux juste être au chaud, mais oui. C'était proposé si gentiment, je n'allais pas refuser et risquer de le vexer. Je ne comprenais toujours pas pourquoi il faisait ça. Mon esprit était bloqué sur ce qui semblait être un détail sans importance que je trouvais qu'il en avait. J'ai donc changé de chemin en frissonnant au passage, je devais avoir fière allure, moi, l'aventurière blonde née avec des rollers aux pieds. J'ai coincé le vélo dans le porte vélo mis à disposition, parce que tout façon, personne ne penserait à voler ce vieux vélo. Une fois chose faite, je me suis réfugiée sous le porsche, attendant Jimmy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mer 21 Déc - 11:48

Dès que nous aboutissions sur la devanture de l'établissement, je n'ai pas moisi un instant de plus sous cette pluie. Je suis rentré m'abriter près du comptoir où j'inspectais ce qu'ils y servaient ainsi que leurs prix. Gonflés. J'avais quand même assez pour quelque chose. Je reportais mon attention à travers la vitre derrière laquelle Aura avait rangé son vélo. Son inconscience ne lui conseilla pas de venir, mais plutôt de rester là, grelottante. Elle avait vraiment un grain pour traîner en pleine tempête. Je repointais ma tête dehors, suffisamment pour atteindre l'avant-bras d'Aura que je saisis. Sa peau glissante se déroba. Mon étreinte se cala sur son poignet puis coula dans sa main à laquelle mes doigts se cramponnèrent. Ne reste pas dehors. Ça me sonnait comme une évidence de l'amener à l'intérieur. Cependant, mes membres s'étaient engourdis à cause du froid qui m'immobilisait. Pas assez de musculation, parce que je détestais ces séances, j'étais contraint de compter sur l'ardeur d'Aura. Debout dans l'encadrement de la porte entrouverte, j'ai descendu le regard de sa tête ébouriffée vers nos mains jointes. Je tressaillais sous l'effet de la tourmente, ma gorge se nouait - en partie pour éviter l'angine du lendemain. Aura aurait peut-être préféré un café ou un thé, je ne la connaissais même pas assez pour savoir ça, alors je restais fixé sur ce classique de la boisson en hiver. J'ai vérifié, ils ont du chocolat chaud. Traduction : Sois pas givrée pour te chopper une pneumonie; et viens t'asseoir là où les températures sont acceptables et où on ne se prend pas des trombes d'eau dans la figure. Avec moi. Car à tout vent, ce n'est pas le meilleur endroit où se taper la conversation. Avec moi. Semi-narcissique qu'était le Jimmy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy

Revenir en haut Aller en bas
la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» Présentation Jimmy =)
» AINSI LE VOIT LE POÈTE
» Jimmy Jacobs VS Suicide
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SimplyCity :: Burlington :: Lac Champlain :: Plage du Nord-