Partagez|

la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mer 21 Déc - 15:56

De base, j'aime bien la pluie. J'aime bien le bruit qu'elle fait quand elle vient taper contre la vitre en cours. J'aime bien quand elle vient me distraire d'équation compliqué ou de cours d'histoire. J'aime bien être en dessous et rire aux éclats quand je saute dans une flaque d'eau. Mais aujourd'hui, je déteste ça. Parce que je suis trempée, parce que je dois faire pitié. Parce que je sens les gouttes d'eau qui glissent dans ma nuque puis dans mon dos. La pluie me fait frissonner, ou peut être suis je déjà malade ? Aucune idée, j'ai juste suivi cette voix qui m'ordonnait de ne pas rester dehors. J'ai doucement hoché la tête avant de sentir sa main s'accrocher à la mienne, joignant le geste à la parole. Un sourire en coin est venu se loger sur mes lèvres tandis que je passais la porte. Mon expression malicieuse a vite été chassé par l'expression de bonheur du a la chaleur qui englobait mon corps. Finalement, j'avais bien fait de me laisser happer par l'endroit chaleureux et du même temps, par la main et la voix de Jimmy. Super, faudra que je te rembourse. Pas un rond sur moi, tout dépensé pour m'acheter à manger. Dans ma tête, il ne devait pas pleuvoir. Et je ne devais pas aller sur la plage pour laisser exprimer ma colère. Dans ma tête, je n'aurais jamais du avoir ces notes catastrophiques et je n'aurais pas du non plus provoquer un de mes professeurs. Ca ne m'aurait pas couté une heure de colle, un rhume carabiné et un chocolat chaud à Jimmy. À croire que ce dernier était toujours là quand il fallait et à la fois, quand il ne fallait pas. Étrange coïncidence. J'ai obéis aux ordres muets de Jimmy en allant sagement m'asseoir à une table, près d'un radiateur. La chaleur ne m'avait jamais paru si importante qu'en ce moment. J'ai lâché la main de Jimmy pour enlever mon manteau trempé et le mettre à sécher. En reniflant au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Sam 7 Jan - 21:10

Ce qui rassurait à ce moment là, c'est qu'Aura n'était pas bornée au point de refuser se réfugier à l'intérieur. Au moins le temps que la pluie se calme, même si l'optimisme n'était pas de la partie de ce côté là. Désormais à l'abri, nous bredouillions plus légèrement, détrempant le sol de nos vêtements ruisselants et nous dirigeant ensuite vers les banquettes où nous prendrions nos aises comme nous le pourrions. J'imitais la blonde à me dévêtir de ma veste pour l'accrocher aussi lourde au crochet prévu pour la faire pendre. Le tenancier devait en avoir vu d'autres pour rester impassible à attendre mon retour, l'essuie éponge sur l'épaule. M'asseyant en face d'elle, je contrôlais chacun de ses mouvements, guettant l'astuce qu'elle pourrait me montrer pour sécher plus rapidement. Rien. Je ne constatais que ces gouttes moins nombreuses qui tarissaient sur son front. Plusieurs bouts de mèches commençaient d'ailleurs à s'y agglutiner. Et son air laissait redouter une poussée de fièvre, une laryngite ou du moins un état grippal. T'inquiète, pour le prix d'un chocolat. Mon sourire ne se détendait qu'à moitié et je quittais notre coin tranquille, pendant que j'affichais toujours une fausse expression de fierté. Je n'en menais pas large avec mes quatre dollars en poche dans laquelle je vérifiais encore une fois ma richesse. J'avais repéré le prix des consommations, et conservais bien mon dernier billet au fond de mes jeans pour en étaler trois en demandant un chocolat chaud au responsable des lieux qui interrompit sa maigre vaisselle pour allumer l'appareil derrière lui sous le bec duquel il plaça une tasse et sa sous-tasse apparentée pour qu'y coule le précieux liquide. Une fois qu'elle cessait de crachoter, la machine fut éteinte d'une pression sur le switch et le récipient convoité s'envola pour atterrir plus près de moi sur le comptoir. Mes billets disparurent, et moi avec ce que je pouvais à peine accorder à Aura. Les trois quarts de la fortune qui m'avait accompagnée ce jour-là. Si peu pour beaucoup de gens, mais ce que je caractérisais parfois comme une somme notable pour survivre. Je rejoignais ma camarade au ralenti, autant pour ne pas trébucher et étaler cette inestimable boisson par terre sur les lattes en bois que pour profiter du contact brûlant de la tasse tenue à deux mains. L'effluve bouillante décongestionnait mes narines à quelques centimètres au dessus du chocolat chaud que je me privais de déguster, même la moindre lapée. Il était à Aura, je l'avais pris pour elle, et le posais sur la table pour le glisser sous ses yeux, tirant cette chaleur jusqu'à le céder complètement. Qu'elle le savoure !

_________________

Je me prive d'un DC pour laisser une chance aux membres d'avoir un lien love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Sam 7 Jan - 21:44

Je détestais me sentir redevable. Pourtant, je me sentais, redevable. J'ai simplement haussé les épaules, le laissant aller chercher ce fameux chocolat chaud. C'était finalement pas une si mauvaise idée. Même si en y réfléchissant, j'aurai pu être roulé en boule dans mon canapé si j'étais rentrée à la maison. Mais je ne dirais rien, je n'avais pas envie de passer pour la nana ingrate à qui un garçon a payé un chocolat chaud au prix fort. Et qui a encore l'audace de se plaindre. J'ai essoré mes cheveux, laissant des gouttes d'eau tomber sur le sol. Je les ai ensuite ébouriffé avant de croiser mes bras sur la table et d'y enfoncer ma tête. De toute façon, ma tête ayant été refroidi par la pluie, si il me provoquait, je serais incapable de lui retourner une réplique cinglante. J'ai ensuite relevé la tête, avisant Jimmy qui revenait tout fier avec le chocolat chaud à la main. Je n'ai pu réprimer un sourire quand il a posé la tasse devant moi. Merci. Dis-je, me découvrant une certain timidité vis à vis de ce geste. J'ai posé mon regard sur le liquide brun, j'ai pris la cuillière pour touiller. La boisson encore chaude, j'ai apporté la tasse à mes lèvres, appréciant la chaleur du chocolat qui glisser dans ma gorge, me réchauffant de l'intérieur. J'en ai pris deux gorgée. J'ai reposé la tasse, essuyant les moustaches de chocolat avec la serviette, riant au passage. Prise d'une soudaine culpabilité, j'ai à mon tour, poussé la tasse vers mon compagnon d'infortune. Y'en a assez pour deux. Me justifiais-je, cachant surtout le fait que j'étais gênée par le fait de me faire observer de la sorte. Et puis que surtout, j'avais un esprit de partage que je tenais à voir à l'œuvre. Étant la plupart du temps seule, je n'avais pas l'occasion de montrer l'étendu de ma générosité. Je me suis calée dans ma chaise, étendant mes jambes devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Jeu 12 Jan - 15:09

Le rayonnement qu'Aura dégageait avec le service m'emplit de satisfaction. Pas d'allergie au lactose ou de difficulté à digérer le cacao, ça me rendait content d'avoir visé juste! Et qu'elle reste éveillée avec moi. Et qu'elle ne meure pas de froid. Et qu'elle arrête de grelotter. Et qu'elle sèche plus que les cours; qu'elle sèche ses cheveux pour éviter le décès brutal. Et qu'elle soit là, tout simplement, avec les résidus de mousse sous ses narines qui m'amusèrent à eux-seuls autant et même davantage qu'une journée complète de dégommage d'adversaires sur ma console. Si Aura avait un certain don pour chambouler ma conception de ce qui état bon à vivre, ce pour la seconde fois de suite en autant de situations où nous nous étions retrouvés elle et moi .. Elle était tout aussi douée pour me mettre mal à l'aise d'un seul mouvement ou d'une seule parole. Me proposer de profiter autant qu'elle de ce chocolat chaud me troubla. Parce que j'avais un réel soucis avec l'échange de bactéries, de microbes, et tout ces trucs qui faisaient que je ne partageais jamais de nourriture ou de boisson avec quiconque. Beaucoup s'en foutaient pas mal, mais pour moi c'était radical : dès que quelqu'un portait un verre à sa bouche pour y boire, c'était mort pour qu'une autre personne puisse à son tour y tremper ses lèvres. Peu importe, Aura que j'appréciais désormais un peu au-delà de ses attitudes parfois contrastées, ou même ma petite soeur, que cela ne changeait rien à la manière dont je considérais les choses. Pourtant je n'aurais jamais dit non à ce chocolat chaud s'il avait été entièrement mien ou si j'aurais pu me l'approprier. Ce que je ne me serais privé qu'en étant gravement malade. Je devais sûrement le devenir si je ne l'étais pas déjà. Mon expression mitigée forgea les traits de ma décision prise à contre-coeur, me privant ainsi de cette boisson qui sans doute frôlait la volupté. Mes doigts pinçant le rebord de la soucoupe, c'est le pied d'Aura qui rasa mon genou. Son geste que j'aurais interprété comme une directive à me laisser me délecter d'une ou deux gorgées sans en abuser, me parut plus maladroit lorsque je surprenais son sourire intervenir comme le soleil par temps semi-couvert entre deux épais nuages gris. La fumée tiède se dispersa sur la largeur de la table contre laquelle la porcelaine racla, vibrant au passage d'un noeud en surface. Bois, ne t'en fais pas, concluais-je sans céder. Ni expliquer la raison pour laquelle je me le refusais; qu'Aura aurait peut-être trouvé stupide. Il est bon au moins ? J'essayais de camoufler cette crainte constante d'être jugé à chaque réaction. Aussitôt le dernier son prononcé, je réfléchissais à la prochaine banalité qui pouvait faire durer la conversation au lieu de la faire s'arrêter sur un oui ou un non de la part de la blonde, suivi d'un fâcheux blanc.

_________________

Je me prive d'un DC pour laisser une chance aux membres d'avoir un lien love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Jeu 12 Jan - 18:31

Ce garçon avait vraiment un problème. Je ne saurai mettre le doigt dessus mais il y avait clairement quelque chose qui clochait chez cet individu. Déjà, l'idée de faire une course sous les étoiles alors qu'il était clairement en situation de défaite, deuxièmement, mon sauvetage in extremis avant que je me fasse engloutir par la mer et troisièmement, le refus de partager une simple tasse de chocolat chaud. Chocolat chaud qui en passant, est tout juste correcte, un peu trop amer à mon goût. J'ai acquiescé d'un léger signe de tête avant de me tendre le bras pour rattraper ma tasse de chocolat. Vu qu'il n'en voulait pas. Je t'aurai bien dit de voir par toi même, mais comme tu sembles ne pas en vouloir, je vais te dire qu'il réchauffe. Voilà sa fonction première. J'associais donc sa saveur à sa fonction première. Le froid avait touché mon cerveau bien plus tôt que je ne l'imaginais. Maintenant, j'étais à la recherche d'un sujet de conversation, les yeux rivés sur la tasse. Mes doigts s'agitaient sur la table, tapant chacun leur tour sa surface et me permettant de rester concentré sur le bruit, au lieu de m'agiter comme j'avais l'habitude de faire. Et voila le blanc que je redoutais tant. J'aurai pu lui poser pleins de questions, j'en savais si peu sur lui. Je n'avais ni envie de jouer les filles trop curieuses, ni envie de joueur la fille moqueuse, rapport à cette course. En cours, on s'évitait presque, pas compliqué en pensant qu'on semblait être opposé. Pour combler le silence qui régnait dans ma tête, ces foutus consciences ayant disparues au mauvais moment, j'ai pris la tasse et j'ai commencé à boire ma boisson. Sauf qu'une fois que celle ci fût fini, je n'avais plus aucun échappatoire. Tu crois que la pluie s'arrêtera quand ? Demandais-je, ne trouvant rien de mieux que la pluie et le beau temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Ven 13 Jan - 23:18

Sa provocation,. Toujours. Jusqu'au bout de ses ongles. A sa manière. A moitié directe. De façon détournée. Sans méchanceté, mais plutôt comme si elle restait entièrement innocente en déballant ces piques qui n'en étaient peut-être pas dans le fond mais que je prenais souvent comme telles. Me narguer avec ce chocolat chaud, Aura effarouchait ma défiance jusqu'à me pousser dans mes retranchements. Je lui aurais bien sifflé tout le reste de sa boisson réchauffante, rien que pour l'en priver parce que c'était mon caractère de faire chier les gens, mais je ne succombais pas à laisser de ma salive là où quelqu'un avait déjà laissé de la sienne. L'idée m'écoeurait toujours autant. Verser le chocolat chaud par terre ? Ce serait trop honteux. Dans d'autres circonstances, j'en aurais été capable. Pas là. Réfléchir, peser le poids de ses mots, déceler la signification de chaque syllabe. Ca m'a sorti de la conversation un instant suffisant pour que le blanc se soit formé. C'est Aura qui combla le suspense une fois sa tasse résonnant vide posée sur le table. Retour à une réalité un tantinet palpable même s'il s'agissait de météo. Je regardais à travers la porte contre laquelle le vent ne cessait de souffler avec force, et soupirait de voir un temps pourri dehors, qui nous bloquait dans ce lieu avec Aura. Je pourrais tant être quelque part de plus captivant; seul ou avec la blonde, peu importe. Je veux bien essayer de faire l'optimiste, mais je pense qu'il faudra attendre demain pour un jour meilleur. Mes yeux rivés sur le coin de la table, je ne savais pas ce qu'elle attendait de moi entre la rassurer que nous pourrions rapidement rentrer chez nous ou au contraire que ça ne la dérangeait pas de continuer à .. s'ennuyer comme deux rats enfermés dans un trou paumé ? Pourquoi tu traînais sur la plage, sérieux, toi ? Sans arrêter de m'inquiéter, j'avais réussi jusque là à mettre mon interrogation de côté. L'envie de la comprendre prenait d'un coup le dessus que le sérieux de ma question retraçait ces marques graves voire menaçantes sur le visage du véritable Jimmy : celui qui pose trop de questions, pas forcément les bonnes ni les plus agréables. Celui qui veut savoir à tout prix. Celui qui s'en fout de la réponse. Mais pas cette fois, la réponse il l'écouterait avec beaucoup d'attention. Au moins un peu. Un peu plus que d'habitude. Je n'avais rien d'autre qu'Aura autour de moi. Elle devenait celle à qui je pouvais m'accrocher à certains moments encore bien trop rares. Lui proposer un autre chocolat chaud pour prolonger notre escapade dans ce café aussi modeste que mon porte feuille ? Impossible. Comme beaucoup de choses. Sortir ? Ou rester à l'abri ? Se découvrir ou continuer à rester campé ?

_________________

Je me prive d'un DC pour laisser une chance aux membres d'avoir un lien love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Sam 14 Jan - 11:00

Demain est toujours meilleur. Bah, c'est pas forcément vrai, mais de tout façon, quand tu touches le fond, la seule sortie c'est de remonter. À croire qu'être enfermé me fait subitement raisonner philosophiquement, mon cerveau est définitivement monté à l'envers. Je passe une main machinalement dans mes cheveux, ils sont encore mouillés, pourtant, j'ai l'impression que ça fait une éternité qu'on est ici. À sa question, j'ai haussé les épaules. Avant de dire que c'était parfaitement légitime et que je devais peut-être lui répondre, pas sur qu'il comprendrait mais je pouvais toujours essayer. C'est censé apaiser le bruit des vagues, et tu peux toujours shooter dans le sable. Mes parents m'emmenaient là pour décompresser avant. Avant qu'on me diagnostique, avant qu'ils décident de m'éviter. J'avais soudainement envie de me confier à Jimmy. Mais je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance. La même question qui tournait en boucle. C'était presque toujours une question de confiance. J'ai marqué un temps d'hésitation avant d'arrêter là ma confidence. À voir s'il poussait la conversation plus loin avec sa curiosité. Et pourquoi tu traînais par là ? Demandais-je soudainement, lui retournant la question. Je ne connaissais personne aussi fou que moi pour traîner sur la plage alors que des nuages gris arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : Lycéen la semaine, Chieur à plein temps
statut : ça me tétanise autant que ça me transporte, j'comprends pas c'qui s'passe en ce moment chez moi
identité sexuelle : M
inscrit depuis le : 30/08/2016
messages : 241
ma vie :

Pour toute demande de liens, passez par ma mp :)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Dim 29 Jan - 11:43

Au début de sa réponse, Aura parlait comme les personnes les plus rasantes de la terre avec leur philosophie à trois sous, le rythme de la nature, la plénitude dans la zénitude des espaces arborés, vivants, purs, dans lesquels tu fais communion avec ton esprit, tu évacues les poussières qui l'encrassent .. Oh bordel, c'est contagieux cette merde, j'étais contaminé. Mais heureusement, comme souvent, la suite des motifs de présence - ouais bon moi j'connais plus ceux d'absence mais bref - d'Aura sur la plage bah ca m'parlait mieux ! Pire, j'y trouvais le moyen le plus simple d'évacuer la pression, la fatigue et surtout la colère : frapper, taper, détruire, casser. Un demi-sourire s'est inscrit sur mon visage à ce moment là alors que l'histoire ne semblait pas des plus joyeuses. Trop d'optimisme m'avait poussé à croire qu'Aura m'en dirait davantage, mais elle s'arrêta aux grandes lignes sans que je ne comprenne tout. Paumé sur une autre question à lui soumettre, c'était à mon tour de répondre à la mienne qu'Aura me renvoya. Tu vois, j'adore sauver les animaux en détresse échoués sur la plage. Et là dès que j'ai vu l'un d'eux en difficulté, je n'ai pas hésité une seconde ... malgré leur violence quelque fois. Un. Deux. Mes mots m'étaient venus comme ça, s'alignant les uns derrière les autres. Ce genre de répartie du grand n'importe quoi ne me quittait jamais. Trois. Quatre. Aura se demandait quand même quoi, se doutant que ma justification ne collait pas à celui que j'étais et qu'elle commençait un peu trop à connaître. Cinq. Je devais lui avouer. Pour ce que je venais de dire. Six. Pas pour le reste. Pas encore. Sept. Bon, j'arrête le suspense. Nan, je déconne. J'étais un peu obligé d'aller reporter un jeu vidéo au magasin de location. J'avais déjà deux jours de retard. Du coup pour pas payer un supplément j'suis retourné leur rendre. Comme j'roule pas sur l'or quoi ... D'où l'unique chocolat, vide devant moi que j'entourais de mes deux paumes pour plonger mon regard au fond des résidus de poudre mal diluée. Je fuyais ainsi celui d'Aura, n'étant jamais fier de balancer que j'étais tout sauf un fils de riches. Et à chaque fois, ils sont chiants quand tu leur ramènes pas dans les temps. Mes yeux cherchaient quelque part où ne pas se défiler : sur le côté du comptoir, sur la fenêtre, sur cette caisse-enregistreuse muette depuis que nos avons poussé la porte de ce café. J'osais me raccrocher le temps d'un éclair à l'attention visuelle de la blonde, ce qui me contracta la gorge. Ouais, je refusais qu'on me traite de pauvre mec, mais j'devais avouer que j'étais un mec pauvre. La honte? Toujours dans ces cas là. Merci qui? Merci maman et papa.

_________________

Je me prive d'un DC pour laisser une chance aux membres d'avoir un lien love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

âge : 17 ans
métier : sans emploi, depuis quand lycéen, c'est un métier ?
statut : perdu, t'as bougé
identité sexuelle : j'connais pas de personnes qui s'appelle "sexuelle" désolée
inscrit depuis le : 29/07/2016
messages : 255
ma vie :
a vécu et est née ici - a été diagnostiqué à l'âge de 15 ans de schizophrénie paranoïde - ne discerne pas le réel du faux - légèrement paranoïaque - une élève lunatique et facilement déconcentrée.

Jimmy - (+)
Penny - Amie (+)

MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy Mer 1 Fév - 8:37

Donc j'étais un animal en détresse à sauver sur la plage. J'espérais au moins que j'étais un dauphin et non une baleine, c'était quand beaucoup plus flatteur pour mon ego. J'ai fait un petit sourire du a l'excès de violence que j'avais fait un peu plus tôt. Je n' avais pas l'habitude qu'on vienne me perturber dans mes méditations sableuses, alors qu'on me pique mon vélo, encore moins. J'ai pas eu le temps d'aligner deux mots qu'il s'excusant silencieusement de son écart en me racontant la vraie raison. Oh, je comprends. Dis-je un peu trop naturellement à mon goût en commençant à triturer la manche de mon t-shirt. C'était trop mécanique. Enfin, c'est pas que je comprends vu que je ne joue pas vraiment aux jeux vidéos mais bref. Tu t'enfonces, Aura, c'est pas la meilleure des manières de se montrer compatissante. J'hoche la tête machinalement, continuant à triturer ce bout de manche sec. J'étais d'ailleurs partiellement sèche, il ne restait que ma tignasse qui avait foncé sous l'eau. J'étais passée d'un blond à un brun clair. Un sentiment de gêne s'est ensuite installé. Je m'en foutais qu'il soit riche ou pas. On était juste des gamins, ce que nos parents faisaient ne me semblait pas vraiment important.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy

Revenir en haut Aller en bas
la mer, qu'on voit danseeer - ft jimmy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» Présentation Jimmy =)
» AINSI LE VOIT LE POÈTE
» Jimmy Jacobs VS Suicide
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SimplyCity :: Burlington :: Lac Champlain :: Plage du Nord-